Le président de la CNDH s’entretient avec une mission conjointe du G5 et du Haut commissariat aux droits de l’Homme des Nations unies

Me Ahmed Salem Bouhoubeyni, président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), a eu, mardi 10 Septembre à Nouakchott, des entretiens avec une mission conjointe du G5 Sahel et du Haut commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies. 
Ces entretiens, qui se sont déroulés en présence du secrétaire général et de conseillers de la CNDH, ont porté sur le cadre de conformité de la force conjointe du G5 Sahel.
 
 
 

Lire la suite : Le président de la CNDH s’entretient avec une mission conjointe du G5 et du Haut commissariat aux...

Droits de l’Homme : Un face-à-face inédit entre associations de jeunes et policiers

Le siège de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a abrité ce mercredi 11 septembre dans l’après-midi une rencontre apaisée, la première du genre, entre associations de jeunes et policiers.
Ces associations qui ont l’habitude de battre le pavé et d’avoir en conséquence des rencontres musclées avec la police ont eu cet après-midi, en tout apaisement, une rencontre avec des responsables de la police nationale, sous le thème : « Le droit de manifester : entre les exigences du maintien de l’ordre public et le respect des libertés publiques ». Cette rencontre, à l’initiative du président de la CNDH, Me Ahmed Salem Bouhoubeyni, a permis à ces deux parties de se voir de près et de se prononcer sur les moyens de concilier le droit de manifester et l’impératif de préservation de la sécurité et de l’ordre publics. 
Ouvrant la rencontre, le président de la CNDH a souhaité la bienvenue aux participants qu’il a remerciés d’avoir répondu positivement à son invitation. Il a ensuite déclaré que les manifestations de rue constituent un droit consacré par les textes, que nulle autorité en pays démocratique ne peut remettre en cause ou renier, soulignant toutefois aussi que « ce genre de mouvement de masses, qui constitue une forme d’expression collective d’opinion, est régi par des règles que nul n’est aussi censé ignorer ou outrepasser ». Il a dans ce cadre souligné l’impérieuse nécessité d’informer au préalable l’autorité de toute manifestation envisagée, affirmant que les pouvoirs publics, qui sont responsables de la sécurité publique, doivent être informés « sur toute manifestation programmée, sur son objet, son horaire, son parcours, son itinéraire et les noms et coordonnées de ses organisateurs ». 
Déplorant certains dérapages ayant lieu ici ou là à l’occasion de mouvements de masse, le président de la CNDH   a affirmé avec force que ce regrettable état de fait est dû au fait que certains organisateurs de manifestations n’en informent pas les pouvoirs publics. Il a poursuivi en disant que les manifestations constituent un droit citoyen qui participe au débat public et que, loin de l’étouffer, l’autorité a intérêt à en profiter pour, le cas échéant, réajuster ses politiques et stratégies.
Il a conclu en appelant les initiateurs de manifestations de rue à en informer les services compétents, non peut-être pour obtenir leur autorisation qui n’est pas requise dans le système déclaratif en vigueur un peu partout dans le monde à l’heure actuelle mais, au moins, pour leur permettre de prendre les dispositions pour assurer la sécurité de tous, y compris les manifestants eux-mêmes.

Lire la suite : Droits de l’Homme : Un face-à-face inédit entre associations de jeunes et policiers

Après une rencontre à la CNDH entre forces de l’ordre et manifestants potentiels : Des associations de jeunes demandent davantage de rencontres avec la police

L’initiative prise par le Président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) d’organiser, mercredi dernier, une rencontre entre des associations de jeunes et la police a, visiblement, été appréciée positivement par l’ensemble des parties qui y ont pris part. 
D’abord, sur place, lors de cette rencontre, des intervenants des deux bords avaient magnifié cette initiative permettant aux jeunes et à la police de se voir, de s’écouter et de s’entendre autrement qu’à travers les chaudes empoignades qui marquent habituellement les manifestations de rue. Ensuite, plus tard, des associations de jeunes dont «Moustaghbal Echabab » sont venues interpeller le président de CNDH, Me Ahmed Salem Bouhoubeyni, et lui dire combien elles ont apprécié cette rencontre et combien elles se sont rendu compte que pareilles retrouvailles peuvent contribuer à décrisper l’atmosphère et favoriser l’entente entre ces parties qui, habituellement, se regardent en chiens de faïence.
Qui pouvait imaginer que certaines parmi ces associations de jeunes allaient venir à la CNDH pour réclamer de nouvelles rencontres avec la police ? Qui pouvait croire que des manifestants potentiels allaient prendre goût à échanger avec la police et à développer avec elle une entente en toute quiétude ?
Outre ce plaidoyer développé, samedi, par ces associations de jeunes, celles-ci avaient exprimé leurs remerciements au président de la CNDH et lui ont dit qu’elles souhaitent que d’autres rencontres du genre aient lieu et qu’elles puissent s’étendre sur une plus longue durée. 
Répondant à ces jeunes, Me Bouhoubeyni a déclaré que la rencontre du mercredi passé n’était qu’une première retrouvaille qui a eu le mérite de briser la glace et que, surement, d’autres pourront suivre afin de développer et consolider l’entente entre les différentes parties, dans le respect des lois et règlements en vigueur.
Tout cela montre que, pour un coup d’essai, la rencontre du mercredi est passée pour un vrai coup de maître.

Lire la suite : Après une rencontre à la CNDH entre forces de l’ordre et manifestants potentiels : Des...

Le président de la CNDH reçoit une conseillère de l’ambassade d’Allemagne

Le président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, Me Ahmed Salem Bouhoubeyni, a reçu, jeudi 12 septembre, en audience Madame Annette COLY, chargée d’affaires à l’ambassade d’Allemagne en Mauritanie.
Au cours de l’entretien, il a été question de la coopération dans le domaine des droits de l’Homme.
 

Lire la suite : Le président de la CNDH reçoit une conseillère de l’ambassade d’Allemagne

L’ambassadeur itinérant, chef du bureau américain chargé de la lutte contre la traite des personnes rend visite au président de la CNDH

• Des avancées en matière de lutte contre la traite des êtres humains ont été réalisées en Mauritanie mais il y a encore du chemin 
 
Une délégation du Département d’Etat américain, conduite par l’ambassadeur itinérant des Etats Unis d’Amérique, M. John Cotton Richmond, qui dirige le bureau chargé de la surveillance et de la lutte contre la traite des personnes, qui se trouve en Mauritanie, a rendu dimanche après midi, une visite à Me Ahmed Salem Bouhoubeyni, président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) à son domicile à Nouakchott
Au cours de l’entretien que le président de la CNDH a eu avec ses hôtes américains et qui s’est déroulé en présence de l’ambassadeur des Etats Unis d’Amérique en Mauritanie, SEM Michael Dodman, il a été question des dossiers d’intérêt commun liés à la traite des personnes. 
La délégation américaine est venue évaluer l’avancement des efforts fournis par le gouvernement mauritanien en matière d’application des 13 recommandations qui lui ont déjà été faites pour appuyer la lutte contre la traite des personnes. Dans ce cadre, la délégation a précisé que l’évaluation faite dans ce domaine relève de la routine ordinaire et que les recommandations faites au gouvernement des Etats Unis en cette matière sont au nombre de 14.
Au terme de ces entretiens, Me Ahmed Salem Bouhoubeyni a dit apprécier que l’ambassadeur itinérant et sa délégation aient entamé leur visite dans le pays par une réunion avec lui, soulignant que c’est là un honneur qui lui est fait et, à travers lui, à la CNDH. Il a ajouté avoir été impressionné par l’ouverture d’esprit, l’objectivité et la modestie de M. Richmond dont il dit avoir apprécié la clairvoyance et le professionnalisme.
 Le président de la CNDH a dit avoir senti que la démarche de la délégation américaine est une démarche positive consistant à aider les Etats à respecter leurs engagements internationaux en matière de lutte contre la traite des êtres humains. Au cours des entretiens, les deux parties ont observé qu’il y a eu des avancées dans ce domaine en Mauritanie sur le plan des textes et des instruments juridictionnels mais qu’il y a lieu d’impulser la dynamique enclenchée pour aboutir à de bien meilleurs résultats.
Me Bouhoubeyni a poursuivi en disant que la CNDH occupe aujourd’hui une position privilégiée lui permettant de jouer pleinement son rôle dans le domaine de la protection et la promotion des droits de l’Homme. Il a souligné que son institution s’acquitte convenablement et en toute indépendance de la mission qui lui est impartie et qu’elle le fait dans le cadre d’un partenariat positif avec le gouvernement dont elle est le conseiller et aussi en coordination avec les organisations de la Société Civile.
Le sénat américain avait confirmé à l’unanimité en octobre 2018 M. Richmond que le président Donald Trump avait nommé à la tête de l’engagement mondial des Etats Unis dans la lutte contre la traite des êtres humains et à la coordination des efforts de cette lutte au niveau des USA.
 
 
 

Lire la suite : L’ambassadeur itinérant, chef du bureau américain chargé de la lutte contre la traite des...

Copyright © 2020 CNDH - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public